Logo

See Your Message Here

If you are interested in seeing your organization's message on CSRWire.ca, please contact us at:

1.416.972.7401
mleung@ecostrategy.ca
Ontario, Canada

Want More Depth?

If you're looking for more info on this story, we'd be happy to set you up with someone to speak to about why this story is relevant to your audience.

Interview Opportunity

Looking to add more depth? We can schedule an interview for you with the people mentioned here. Call:
416.972.7404
Or email: mleung@ecostrategy.ca

For More Information

If you'd like any more details about this news, or would like to get the inside scoop on upcoming, similar news, send us an email: distribution@csrwire.ca

Advertisements

La confusion freine l’adaptation au changement climatique

Tuesday, July 14th 2015 9:06:08am

Toronto, le 14 juillet 2015 - La commissaire à l’environnement intérimaire de l’Ontario a dit que le manque de prévisions coordonnées et conviviales sur le changement climatique fait en sorte qu’il est difficile pour le gouvernement et les chefs d’entreprise de s’adapter à la nouvelle réalité.

Mme Ellen Schwartzel a dit que les entreprises, les gouvernements et les personnes ont besoin de prévisions exactes sur le changement climatique pour trouver une manière de s’y adapter. « Il est essentiel de produire davantage de données utilisables et pertinentes à l’échelle locale si nous voulons réussir à protéger nos maisons, nos cultures, nos routes et autres infrastructures. »

Mme Schwartzel publie aujourd’hui le rapport Connecting the Dots on Climate Data in Ontario, issu d’une table ronde organisée plus tôt cette année. Le commissaire à l’environnement a réuni des experts et des utilisateurs afin qu’ils discutent des façons d’améliorer l’information actuelle sur le changement climatique et d’en rendre facile l’utilisation.

M. Ryan Ness, de l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région, a dit aux participants qu’il existe au moins 21 bases de données différentes sur les projections climatiques en Ontario, mais qu’elles fournissent toutes des résultats légèrement différents. Bien qu’il soit généralement bon d’avoir diverses sources de données, les utilisateurs trouvent qu’il est difficile de déterminer quelles données ils devraient utiliser.

Les participants à la table ronde ont également indiqué vouloir que les données sur le changement climatique soient localisées. Ils ont entendu dire que l’accroissement des ressources et de la puissance des ordinateurs ont permis de projeter les effets du changement climatique sur des échelles aussi petites qu’une zone de 1 km2, mais qu’il est coûteux d’obtenir des données aussi circonscrites, surtout pour les petits utilisateurs.

Un intervenant a souligné que les données sur le changement climatique peuvent souvent être « perdues dans l’interprétation ». Ewa Jackson, d’ICLEI Canada, croit que le personnel des municipalités de petite et moyenne tailles n’a souvent pas le soutien nécessaire pour utiliser et interpréter l’information. Le personnel et les décisionnaires des grandes organisations sont aux prises avec les mêmes difficultés.

La commissaire à l’environnement intérimaire de l’Ontario a précisé que la table ronde a donné lieu à un certain nombre de recommandations précieuses sur la façon dont on pourrait fournir aux gouvernements et aux sociétés les renseignements dont ils ont besoin pour adapter leurs services et structures physiques aux répercussions imminentes du changement climatique.  

Les participants ont dit que le gouvernement provincial avait un rôle à jouer afin d’assurer que les utilisateurs ont accès à des données climatiques et qu’ils les comprennent. Ils ont souligné que les modèles en place en Colombie-Britannique et au Québec montrent comment le faire et peuvent servir d’exemple.  

« Il y avait consensus sur une question importante », indique Mme Schwartzel. « Les participants ont reconnu qu’il est évident que l’Ontario doit se doter d’une organisation indépendante pour répondre aux besoins des utilisateurs finaux en matière de données climatiques. »

Le commissaire à l’environnement intérimaire de l’Ontario a mis l’accent sur le fait que les gouvernements, les entreprises et les personnes ont besoin de meilleurs renseignements sur le changement climatique pour trouver une manière de s’y adapter. « Le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique dit qu’il publiera une stratégie actualisée sur le changement climatique d’ici la fin 2015. Le succès de ce rapport repose sur l’accès à des données crédibles et utiles. »

- 30 -


Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :  
Hayley Easto
Coordonnatrice, Communications et Relations externes
Commissaire à l’environnement de l’Ontario
416-325-3371 / 416-819-1673
1-800-701-6454
hayley.easto@eco.on.ca

Le commissaire à l'environnement de l'Ontario agit comme agent de garde environnemental et indépendant pour la province. Ellen Schwartzel a été nommée commissaire à l’environnement intérimaire jusqu’à ce qu’un remplaçant permanent ait été nommé. Le CEO est nommé par l'Assemblée législative de l'Ontario, il veille au respect de la Charte des droits environnementaux de 1993 ainsi qu’aux progrès du gouvernement dans la réduction des émissions de GES et dans l'atteinte d'une économie d'énergie accrue en Ontario et il fait rapport sur le sujet.