Logo

See Your Message Here

If you are interested in seeing your organization's message on CSRWire.ca, please contact us at:

1.416.972.7401
mleung@ecostrategy.ca
Ontario, Canada

Want More Depth?

If you're looking for more info on this story, we'd be happy to set you up with someone to speak to about why this story is relevant to your audience.

Interview Opportunity

Looking to add more depth? We can schedule an interview for you with the people mentioned here. Call:
416.972.7404
Or email: mleung@ecostrategy.ca

For More Information

If you'd like any more details about this news, or would like to get the inside scoop on upcoming, similar news, send us an email: distribution@csrwire.ca

Advertisements

Le sixième classement des autorités canadiennes en matière de rendement énergétique de l'Alliance de l'Efficacité Énergétique du Canada

Wednesday, November 1st 2006 8:36:29am

Le Québec demeure au centre du peloton - L'Ontario présente la plus grande amélioration de rendement - Le Nouveau-Brunswick connaît le plus importante baisse - Le Manitoba demeure la plus belle réussite !

(Mississauga, Ontario, le 1er novembre 2006)  Il s'agit du sixième bulletin annuel émis par l'Alliance de l'Efficacité Énergétique du Canada (AEÉC), le plus important organisme de pression non gouvernemental en matière de rendement énergétique au Canada.  Ce bulletin souligne les progrès et absences de progrès du Gouvernement fédéral et des provinces dans le domaine de la réduction de la demande et de la consommation d'énergie, tout en reconnaissant le rôle que l'efficacité et la conservation jouent dans l'accroissement de la compétitivité du Canada et la réduction de la pollution de l'air et les émissions des gaz à effet de serre. Les notes suivantes sont basées sur le rendement des provinces obtenu entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2005.

Ken Elsey, président et chef de la direction de l'AEÉC, a déclaré que « dans le bulletin de cette année, aucune autorité n'a obtenu une note d'échec.  Le Gouvernement fédéral et le Manitoba ont tous les deux mérité des A, le Québec est passé de B+ à B, le Nouveau-Brunswick de B+ à C+, l'Ontario s'est amélioré, passant de C- à B+, et l'Alberta n'a pas atteint son potentiel en obtenant une note de D+. »

Les quatorze autorités canadiennes ont été classées en fonction de 12 paramètres incluant la façon dont l'autorité appuie des activités comme l'efficacité énergétique et l'information du public, l'existence de partenariats entre les secteurs public et privé en vue de faciliter l'efficacité énergétique et l'existence et la capacité de réaction aux problèmes d'efficacité énergétique soulevés par les principales législations, comme les codes du bâtiment et les lois sur l'efficacité énergétique, si le gouvernement mène par l'exemple ou la façon dont il réglemente le marché de l'énergie.  Vous trouverez les détails sur les critères sur le site www.energyefficiency.org.

M. Elsey a noté que lors de la préparation du bulletin de cette année, plusieurs facteurs ont été pris en compte : les carences du Canada par rapport aux objectifs de Kyoto, les problèmes de capacité du réseau énergétique et le vieillissement de l'infrastructure (plus particulièrement en Ontario et dans l'Est du Canada) et les fluctuations des prix de l'énergie qui font ressortir la nécessité de mieux comprendre les tendances et habitudes de consommation d'énergie.

À la question « Pouvez-vous prévoir les résultats qu'obtiendront les autorités l'année prochaine ? », M. Elsey a répondu : « L'instabilité des prix de l'énergie et les problèmes d'approvisionnement ont donné naissance à nombre de projets d'efficacité énergétique et semblent avoir favorisé l'adoption de nouvelles politiques et réglementations.  Cette tendance est toutefois freinée par d'importantes réductions de programmes au niveau fédéral. M. Elsey a également noté que ‘nous sommes au début de novembre et il est encore temps d'apporter des changements positifs qui influeront sur les résultats de la prochaine année’. »

-30-

Pour en savoir plus ou prendre des dispositions afin de réaliser une interview avec M. Elsey, veuillez communiquer avec Brent Kulba, Environmental Communications Options, au 416-972-7401

L'Alliance de l'Efficacité Énergétique au Canada (AEÉC), une organisation sans but lucratif à grande échelle, a été créée en 1995 pour pallier au manque d'effort concerté des nombreux intervenants et à promouvoir l'efficacité énergétique au Canada, en vue d'éventuellement d'accroître la compétitivité et d'améliorer la protection de l'environnement. L'Alliance crée une forme de partenariat avec les fabricants, les services publics, les gouvernements, les constructeurs, les travailleurs, les groupes de consommateurs et les organismes environnementaux afin de faciliter l'adoption de mesures d'efficacité énergétique au Canada. L'Alliance finance ses activités par le biais de redevances et de contributions versées par ses membres.

Principales observations de l'AEÉC

Les conditions actuelles au sein de certains des gouvernements évalués méritent d'être débattues puisqu'on note un certain écart entre les réalisations, les projets en cours et l'orientation des gouvernements.  De plus, il convient de souligner que les activités de 2005 sont au centre des préoccupations.  Les annonces et les développements qui surviennent en 2006, bien que louables dans certains cas, n'influent pas sur les notes obtenues en 2005.  Parmi les faits saillants importants, notons :

Manitoba : Le Manitoba réussit dans tous les projets d'efficacité énergétique entrepris. Ce succès peut être attribué ne presque totalité à l'excellent travail de promotion et de soutien de l'efficacité énergétique accompli par Manitoba Hydro.  L'AEÉC estime que les gouvernements ont un rôle à jouer, quelles que soient  les capacités des services publics, et qu'il y a place pour amélioration en termes d'activités gouvernementales dans le secteur de l'efficacité énergétique. Malgré tout, le Manitoba mérite encore une fois la plus forte note.  Félicitations Manitoba.

Le Gouvernement fédéral : Le Gouvernement fédéral a obtenu une note qui témoigne de son solide engagement et son appui en matière d'efficacité énergétique à l'échelle du pays en 2005 et mérite cette reconnaissance.  Malheureusement, bon nombre de ces efforts sont menacés en raison de l'annulation du financement de certains programmes importants en matière d'efficacité énergétique.  À l'approche de la fin de 2006, l'AEÉC s'inquiète du fait qu'aucun nouveau programme n'est envisagé pour remplacer ceux qui ont été annulés.    

Ontario : La province doit être félicitée pour son changement de cap et le meilleur soutien qu'elle accorde aux programmes d'efficacité énergétique.  L'augmentation de cote est liée à la nomination d'un chef de l'Économie d'énergie et à l'engagement du Premier ministre et du Ministre.  Grâce à d'importants nouveaux fonds consacrés aux programmes de gestion de la demande et d'économie (GDÉ) dans le secteur de l'électricité, qui viennent s'ajouter à ceux des services de gaz naturel, l'Ontario est certes bien placée pour atteindre les plus hauts sommets l'année prochaine.

Alberta : Compte tenu de l'essor économique, et de la source de cet essor, l'Alberta désappointe par l'appui qu'elle accorde aux activités en matière d'efficacité énergétique.  Le gouvernement a certes financé certains projets, mais l'Alberta pourrait faire beaucoup plus.  L'AEÉC a déjà soulevé ce point et le problème demeure entier.  Nous estimons toutefois que l'Alberta est à l'écoute et est sur le point d'effectuer une percée majeure.  Les grandes industries, municipalités, agences gouvernementales et ONG se sont rencontrées à plusieurs reprises au cours des dernières semaines afin de mettre sur pied la première division provinciale de l'AEÉC et de recommander l'adoption d'une stratégie d'efficacité énergétique pour l'Alberta.  

Que font vraiment les autorités ?

Colombie-Britannique (www.gov.bc.ca)
La soumission de la Colombie-Britannique n'a pas été organisée en conformité avec le modèle de bulletin proposé par l'AEÉC, ce qui a rendu difficile l'évaluation exacte de l'ensemble de ses projets en matière d'efficacité énergétique.  D'une façon générale, la Colombie-Britannique obtient une bonne note dans tous les secteurs sauf la production de rapports et l'évaluation.  Le gouvernement accorde un solide appui en matière de codes et de normes d'efficacité énergétique, de même qu'un contexte de réglementation favorable.  Les services publics de la Colombie-Britannique méritent également des félicitations pour l'appui qu'ils accordent aux projets dans le domaine de l'efficacité énergétique et à leur réalisation.  La province semble toutefois avoir besoin d'améliorer sa gestion interne.

Alberta (www.gov.ab.ca)
L'Alberta n'a pas institué de codes du bâtiment qui tienne compte de l'efficacité énergétique et on remarque peu d'efforts de réglementation dans ce secteur.  La province n'appuie pas les municipalités et ne favorise pas la mise en place de normes supérieures en matière d'efficacité dans ses propres immeubles.  Compte tenu de son essor économique actuel, l'Alberta ne tire pas adéquatement profit des autres possibilités d'efficacité énergétique ni des avantages qu'elles engendrent.  On pourrait faire beaucoup plus en cette période de prospérité économique et à la lumière de la contribution de l'Alberta aux émissions de gaz à effet de serre.  On estime également que la soumission de la province était inadéquate et n'a pas su prendre en compte tous les projets actuellement en cours dans la province.  

Saskatchewan (www.gov.sk.ca)
La Saskatchewan continue de réaliser d'importants progrès dans le secteur de l'efficacité énergétique depuis quelques années et effectue un excellent suivi de ses efforts.  La Saskatchewan est la seule province qui ne compte pas sur un conseil des services publics, mais elle possède toutefois un Comité de révision des tarifs et son Cabinet peut choisir de prendre la décision finale relativement aux tarifs et autres questions portant sur les services publics.  En outre, il apparaît à la lumière des efforts connexes que la Saskatchewan cherche à prioriser davantage l'efficacité énergétique.  La remontée effectuée en quatre ans par la Saskatchewan est phénoménale.

Manitoba (www.gov.mb.ca)
Le principal instigateur de programmes d'efficacité énergétique du Manitoba est sans aucun doute Manitoba Hydro (incluant des programmes de gaz naturel par le biais de Central Manitoba).  Une série complète de programmes bien équilibrés est offerte et appuyée par la production de rapports approfondis de rendement et d'évaluation des programmes.  L'AEÉC note que le gouvernement pourrait faire beaucoup plus en appuyant les codes et les normes de la province.  Le Manitoba hausse la barre pour les autres provinces du pays.

Ontario (www.energy.gov.on.ca)
Le gouvernement de l'Ontario fait belle figure en adoptant une démarche plus progressive en matière d'efficacité énergétique ; il a notamment mis sur pied de nouveaux programmes axés sur l'électricité, par l'intermédiaire du Bureau de la conservation de l'Ontario Power Authority.  La nouvelle législation adoptée en 2005 vise à consolider la Loi sur l'efficacité énergétique et les dispositions en matière d'énergie des Codes du bâtiment sont de bon augure.  En 2005, nous avons pu constater les premières retombées d'une série de nouveaux programmes mis sur pied en collaboration avec les distributeurs d'électricité de l'Ontario qui, lorsque combinés aux activités bine établies des services de gaz naturel, ont permis à l'Ontario d'obtenir sa plus forte note jusqu'à présent.  

Québec (www.aee.gouv.qc.ca)
L’Agence de l’efficacité énergétique (AEÉ), en collaboration avec les trois services publics du Québec, offre un vaste choix de projets de gestion de la demande et d'économie dans tous les secteurs. Les programmes ont permis de réaliser d'importantes économies en termes d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre dans le passé ; cependant, les compressions budgétaires dont fait l'objet l'AEÉ ont terni le rôle du gouvernement à cet égard.  La réduction du financement maintient la tendance notée dans le bulletin précédent du Québec.  L'AEÉC souligne les annonces récentes relativement à l'instauration d'un plan global d'efficacité énergétique qui devrait remettre le Québec sur la bonne voie.

Terre-Neuve et Labrador (www.gov.nf.ca)
Terre-Neuve accorde généralement peu d'importance aux projets d'efficacité énergétique publique et la note que la province obtient cette année, comme les années précédentes, témoigne de son manque d'appui. Cette année, l'AEÉC note ce qui semble une préoccupation croissante pour l'état de l'efficacité énergétique et nous voyons une lueur d'espoir en raison des nouveaux programmes et projets envisagés.  Nous suivrons étroitement les efforts déployés et prévoyons des résultats concluants en 2007 et dans les années à venir.  

Île-du-Prince-Édouard (www.gov.pe.ca)
L'Île-du-Prince-Édouard rapporte une liste impressionnante d'activités, mais l'AEÉC note que les plans des années passées ne semblent pas s'être encore concrétisés.  Les activités connexes centrées sur les solutions de rechange renouvelables axées sur l'offre sont fort intéressantes, mais la province ne semble pas accorder la même importance aux questions d'efficacité énergétique.  L'Île-du-Prince-Édouard est parvenue à progressivement améliorer son rendement par rapport aux quatre années précédentes, mais nous ne notons pas d'amélioration cette année.

Nouvelle-Écosse (www.gov.ns.ca)
La Nouvelle-Écosse continue d'offrir de solides programmes d'efficacité énergétique en s'associant à diverses organisations des secteurs privé et ONG/OSBL et en instaurant un excellent climat de réglementation pour appuyer les efforts en matière d'efficacité énergétique.  L'analyse des résultats et l'évaluation des programmes sont toutefois déficientes. L'AEÉC encourage la Nouvelle-Écosse à se concentrer sur cet élément important de l'ensemble des programmes d'efficacité énergétique.

Nouveau-Brunswick (www.gov.nb.ca)
Une nouvelle Agence de conservation a toutefois été mise sur pied, mais la soumission 2005 du Nouveau-Brunswick ne démontre pas d'améliorations marquées par rapport aux années antérieures, hormis la création de l'Agence.  Il convient de mettre en œuvre les projets escomptés et d'élaborer des paramètres d'évaluation particuliers à chaque secteur afin de déterminer les impacts des divers programmes, sans quoi il sera difficile de déterminer où et quand les économies d'énergie et de gaz à effet de serre ont été réalisées.  

Territoires du Nord-Ouest (www.gov.nt.ca)
Après avoir omis de produire un rapport en 2004, les Territoires du Nord-Ouest l'ont fait cette année, ce qui représente un signe encourageant que les Territoires du Nord-Ouest s'impliquent de nouveau dans le projet.  L'AEÉC note une réduction apparente du nombre d'activités reliées à l'efficacité énergétique par rapport aux efforts signalés en 2002-2003. Les territoires doivent plus particulièrement se concentrer sur le processus de rendement et l'évaluation des programmes pour mieux comprendre les succès et les carences des programmes et faciliter la mise sur pied de projets plus pointus d'efficacité énergétique.

Yukon (www.gov.yk.ca)
Le Yukon se classe encore parmi les 3 provinces les mieux cotées, comme à chaque année depuis 2000, témoignant ainsi de son engagement et de son intérêt marqués pour l'efficacité énergétique.  Un point digne de mention : le Yukon possède le plus grande nombre de résidences R-2000 per capita au Canada et les firmes locales d'architectes et de conception ont mérité des prix nationaux et internationaux de conception de bâtiments à haut rendement énergétique.  Les projets en matière d'efficacité énergétique sont assurément d'une importance capitale pour le gouvernement, il convient d'accorder une plus grande attention aux stratégies d'évaluation et de rendement des programmes.

Nunavut (www.gov.nu.ca)
Le Nunavut est encore aux premiers stades d'élaboration de politiques et de programmes d'efficacité énergétique et la faible note témoigne des activités de démarrage entreprises.  Le Nunavut a créé le Centre de l'énergie du Nunavut et nous espérons rapporter des améliorations en 2006.

Gouvernement fédéral (www.oee.nrcan.gc.ca)
Le Gouvernement fédéral a continué d'offrir un vaste choix de programmes et de subventions par l'intermédiaire de l'OEÉ, du CANMET et autres organisations en 2005.  Les programmes ont permis de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre ainsi que la consommation en kilowatts-heure.  Bien que les résultats de 2005 soient intéressants et qu'il faille féliciter le Gouvernement fédéral pour son excellent dossier général, si les programmes récemment abandonnés ne sont pas renouvelés ou remplacés, l'année 2006 ne semble pas aussi prometteuse.